Les apôtres portant chacun une banderole sur laquelle est sculpté la prière du crédo

 La prière du crédo  selon le canon romain qu'il est gravé sur les banderoles des apôtres du porche sud de Saint Herbot

 
PETRUS : Credo i(n)deu(m) p(at)rem o (mn)ipo(t)ete(m), creatore(m) celi et terre
PIERRE : Je crois en Dieu le Père Tout- Puissant créateur du ciel et de la terre,
ANDREAS : Et in Ihe(su)m xpm (Christum) fd(iu)m eiu(s) unicu(m) d(o)m(in)u(m) n(ost)r(u)m
ANDRE : Et en Jésus Christ son fils unique, notre Seigneur,
JACOBUS : Qui co(n)ceptus e(st) de sp(irit)u s(anc)to Natus e Maria Vigini
JACQUES Le MAJEUR : Qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie,
JOHANNES : Passus sub P(on)tio Pylato crucifixus mortuus et sepultus
JEAN : A souffert sous Ponce- Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli,
THOMAS : Desc(e)ndit ad i(n)ferna tercia die resurexit a mortuis
THOMAS : Est descendu aux « enfers » le troisième jour est ressuscité des morts,
JACOBUS MINOR: Acce(n)dit ad celos sedet ad dexteram dei pa(tri)s (mn)ip(o)te(n)tis
JACQUES Le MINEUR:Est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père Tout- Puissant
PHILIPPUS : Inde ve(n)turus (est) iudicare vivos et mortuos
PHILIPPE : d'où il viendra juger les vivants et les morts.
BARTHOLOMEUS :Credo in spiritum sanctum
BARTHELEMY : Je crois en l'Esprit Saint,
MATHEUS: S(an)c(t)am ecc(lesi)am catholica(m) s(an)c(t)or(u)m co(m)munione(m)
MATTHIEU : En la sainte Eglise catholique, à la communion des saints,
SYMON :Remissionem peccatorum
SIMON : A la rémission des péchés,
JUDAS : Carnis resurectionem
JUDE ou THADDEE : A la résurrection de la chair,
MATHIAS :Vitam eternam. Amen
MATHIAS : A la vie éternelle. Amen

Lecture et traduction : Yves-Pascal Castel

 

Credo

Me 'gred en eun Doue hebkén.

An Tad oll-halloudeg, krouer an neffv hag an douar, kement a weler hakement na weler ket

Hag en eun Aotrou hebkén, Jezuz Krist, Mab unganet da Zoue.

Euz an tad eo Tad eo ganet, araog an oll gantvejou

. Doue euz Doue, sklerijenn euz sklerijenn, Doue gwirion euz Douegwirion.

Ganet, ha n'eo ket grêt, kennatur gand an Tad, ha drezan eo bet grêt peb tra.

Evidom-ni an dud hag evid or zilvidigez, eo bet diskennet euz an nenv

Ha korv e-neus kemeret, dre nerz ar Spered Santel, euz ar Werhez vari, ha dén eo deuet da veza.

Evidom ivez staget ouz ar groaz, e-neus gouzafivet dindan Pons-Pilat,hag er béz eo bet laket

D'an trede deiz eo savet a varo da veo, hervez ar Skritur Zakr.

Pignet d'an nenv, emafi azezet en tu dehou d'an Tad.

Hag adarre e teuio gand gloar da varn ar re veo hag ar re varo, ha ne vobfin ebéd d'e rouantelez.

Me 'gred er Spered Santel, a zo Doue hag a ro buez, a zeu euz an Tad hag euz ar Mab.

Par d'an Tad ha d'ar Mab eo adoret hag enoret, ha komzet e-neus dre ar Brofeted.

Me 'gred en Iliz, a zo unan, santel, katolik hag abostoleg.

Anzav a ran ez eus eur vadeziant hebkén, evid pardon ar pehejou.

Ha gortoz a ran adsav ar re varo da veo,

Ha buez ar béd da zond. Amen.


La frise des Apotres

Saint Pierre  et sa clé.


Saint André croix en x


Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi il faut que le Fils de l’homme soit élevé, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle (Évangile de Jean 3:14-15).phrase de Jésus adressé à Nicodèm

Saint jean et son calice où emergent les trois têtes du serpent

Le Serpent qu’on voit associé à Jean dans sa représentation et son calice  n’a rien du Tentateur du Jardin d’Eden. Il se rattache à la symbolique du serpent d’airain que Moïse présenta à la vue des Hébreux mordus dans le désert par les serpents brûlants. Ne comprenant rien à la valeur initiatique de cette marche dans le désert et ses épreuves, ils avaient maugréé contre Dieu et contre Moïse. Mais par le Serpent d’Airain,  ils furent guéris après avoir reconnu leur erreur. Et c’est l’Evangéliste Jean qui rappelle cet épisode en faisant dire à Jésus « Comme Moïse éleva le Serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais qu’il ait la Vie Eternelle. » Dans ce contexte, le Serpent retrouve la signification qu’il a dans les mythes anciens, et redevient , comme entre les mains de Saint Jean, le Symbole de la Connaissance, et de la Guérison et de la Vie qui lui sont attachées. source joradia.net


Saint Jacques le Majeur  son chapeau à coquille et bourdon de pèlerin


Saint Thomas et équerre et saint Philippe et la croix à longue hampe.


 

Saint Herbot  ou saint ELIE préside les douze apôtres et son baton et son livre ouvert .


Saint Barthélémy et son couperet qui l' écorcha .Saint Matthieu et sa lance.


Saint Simon et sa grande scie.


Saint Jacques le mineur et son imposant  battoir de foulon.


Saint Matthias et sa hallebarde.


Saint Jude ou Thaddée  et son épée.

Source Saint Herbot revisité ( association Tro war dro sant Herbot  Robert Tavennec  1998)

Saint Herbot  Maurice Dilasser Edition Jos Le Doaré 1975