La  noce de 2100 personnes en 1912 à SCRIGNAC Pennaroz

Il s'agit du mariage de Pierre Marie AUFFRET et Anne Marie BROUSSEAU

.collection personnelle

Un coin du festin

Le festin coté femmes.'

collection penven

La sortie de l' église saint Pierre.

collection penven

Les mariés

La célèbre noce de 2000 personnes en 1906 à SCRIGNAC

La noce de Kerizac à Scrignac


Il s'agit là du mariage de M PLUSQUELLEC ET Mlle DISEZ

Le droit de passage (an drezen) immanquablement, arrêtent le cortège , en route pour la ferme de la mariée. Quelques pièces de monnaie distribuées pour obtenir le droit de continuer son chemin.

.collection personnelle

La noce de kerizac à Scrignac

Le cortège du mariage ,biniou et clarinette " trujou col"  en tête se dirige vers la ferme de la mariée"

Il s'agit du mariage de M.PLUSQUELLEC et Mlle DISEZ

.collection personnelle

La charrette de pain.

.collection personnelle

C' était en 1906 ,à Scrignac ,2100 personnes assistaient au mariage de M Plusquellec  .

La  noce de 2100 personnes en 1912 à SCRIGNAC Pennaroz

Il s'agit du mariage de Pierre Marie AUFFRET et Anne Marie BROUSSEAU

Un coin des cuisines

.collection personnelle

Un coin des cuisines

.collection personnelle

 


Le journal "Le petit Parisien du dimanche 25 juin 1905:

Une gravure d'une noce à Sérignac.

 

En fait c'est une reconstitution vu par un peintre français de La grande noce légendaire du 7 juin 1904 à Scrignac,non  pas à Sérignac,du mariage de Jean Louis BLANCHARD premier clerc à Poullaouen Le grand père maternel de Jean Yves Le Gac, le notaire de Poullaouen dans les années 1960 1990) avec Mlle Anne Marie GUYNAMANT fille de M.GUYNAMANT  le maire de la commune

Les GUYNAMAND de Scrignac sont  issus de la petite noblesse rurale bretonne)Mon grand oncle THEO Le Borgne, sa mère était une GUYANAMANT. la sœur de la mariée!.

En 1914 ce mariage donna lieu à une série de cartes postales

Commentaire du Journal "Le petit Parisien  du dimanche 25 juin 1905:

Les noces de Gamache, immortalisées par Cervantès, et les plantureux festins de Gargantua, si joyeusement chantés par notre Rabelais, sont aujourd'hui passés de la fable à la réalité.

A Sérignac, en Bretagne, le maire du pays mariait sa fille. Plus de mille convives étaient venus aux noces. On les installa en pleins champs, devant les, tables rustiques formées au moyen de tranchées creusées dans le sol.

Deux grandes charrettes attelées  de chevaux circulaient entre les tables pour la distribution du pain. On a consommé 17 bœufs, des troupeaux de veaux et de moutons. Quand aux boissons, l’imagination se refuse à compter le nombre de fûts et de tonneaux qui furent défoncés. Le service était fait par les parents et amis intimes des mariés. 'Le roi des binious de Bretagne, Michel Bidan, de Langonnet, égaya le repas. On dansa dé deux heures et demie à sept heures du soir.

Enfin — et voici qui termine de bonne manière ces agapes homériques — le lendemain, un repas fut servi aux • pauvres ; après quoi, la mariée ouvrit le bal avec le plus vieux- des mendiants.

Sur cette gravure, ce n'est pas le costume du Poher des paysans de la Montagne et en Bretagne il n'y a pas de tuiles sur les toits.

Journal "AR BOBL"  DU 10 JUIN 1904:

Scrignac, une grande noce.

Le mariage de Jean Louis BLANCHARD premier clerc à Poullaouen avec Mlle Anne Marie GUYNAMANT, fille de M.GUYNAMANT Maire de Scrignac a été célébré en 1 'église de Scrignac mercredi 7.

Le cortège était formé d'une file de 30 voitures qui après la cérémonie sont dirigées vers le village de Kergréac'h où avait lieu le repas de la noce.

• Depuis le mariage de M LAJAT avec Mlle Angèle JAFFRENNOU, Scrignac n'avait as vu tant de personnes . il y avait au repas environ 1400 personnes assises dans 6 longues tranchées doubles de 100 mètres creusées dans un champ voisin. Toute la tribu des GUYNAMANT et des JAFFRENNOU si répandue dans le pays était de la fête .

 

Ce qui fut mangé et bu à ces festins pantagruéliques qui se déroulèrent 2 jours consécutifs est impressionnant.

  II a été abattu et dépecé 4 boeufs, 2 taureaux et 2- génisses; 14 barriques de cidre,5 de vin et 1 d'eau de vie soit au total 20 barriques ! 

       Pendant le repas 2 tombereaux de pains de 10 livres circulaient sans cesse entre les tables.

Le service était assuré par 100 personnes hommes et femmes, les victuailles cuisaient et mijotaient dans 25 marmites alignées le long d’un talus.

Les danses étaient conduites au son de la bombarde et du biniou par le sonneur michel Bidan et son compagnon de Langonnet.

Mon grand oncle THEO Le Borgne, sa mère était une fille GUYANAMANT. la sœur de la mariée?


.

  La fresque du bar de l' ancien hotel d' Angleterre du  Huelgoat.

le mariage breton vu par les français.

 Ma collection  personnelle de cartes postales de différents mariages  en Menez-Arez vers 1900.