Vue  d'Huelgoat  Ce dimanche de janvier 2010. jour de neigr

 

Le pont barrage du chaos. Ar c'haoser  en breton

Pour les huelgoatains  le chaos  c'est  en fait le pont  ou le café bureau de tabac PMU . Le terme scientifique ou géologique  "chaos granitique"viendrait il de ce site ?Le nom breton de cette formation géologique est rec'her .

Sous Louis XVI, une des premières écoles pratiques royales des mines de Paris fut celles  de plomb-argentifére du Huelgoat -Poullaouen . L'une des premieres publications  de vulgarisations scientifiques  de la  dégradation  du granit  fut celle de  Alexander von Humboldt  (1769-1859) qui visita Huelgoat en1813  comme Lavoisier,en 1778 et les jeunes  ingénieurs des mines .

C'est  Alexander von Humboldt  (c'est lui qui découvrit le  courant marin froid qui se dirige vers le nord le long de la côte occidentale de l'Amérique du Sud,) qui  à l'origine de la denomination géologique de l'amoncellement  de rochers de granit "le chaos granitique" dans  l'une de ses publications.       

 A Locmaria-Berrien, le toponyme  Pùns-Lanboal qui signifie le puits de Saint Paul mais représente  le puits Humboldt des mines locales portant le nom  de notre grand savant européen sûrement en remerciement de sa découverte du traitement pour récupérer l'argent des terres rouges  par amalgame avec du mercure lors de son passage en 1813.

Grand voyageur ,il a été sans conteste le plus éminent naturaliste de son temps .à la fois physicien, ethnologue, chimiste, botaniste, zoologiste, géologue et astronome. lors de sa visite au Huelgoat en 1813, le scientifique à la vue de l'amoncellement de rochers sur le pont barrage,;il a  sûrement demandé le nom de ce lieu aux gens du pays  "ar c'haoser".Or le toponyme breton "c'haoser" le pont barrage qui surplombe cette formation géologique  ne peut entraîner une transcription erroné  en chaos,nom  grec issu de la mythologie  grecque encore inconnu  à l'époque dans le langage français  mais qui correspond bien à l'image  qu'il faisait du désordre de la formation de la Terre pour notre scientifique Alexander von Humboldt. qui est aussi le vulgarisateur du mot Cosmos .

Tout comme le français « chaussée » l'emprunt breton chaoser désigne tout aussi bien la « voie chaussée », la digue que le barrage ; ainsi, au niveau des microtoponymes, peut-on noter des CHAOSER MILIN-MILL « la chaussée, le barrage du moulin de ». Si ces noms n'apparaissent, très généralement, que dans les anciens relevés cadastraux : AR CHAOSER KOZ « l'ancien barrage » à Hellès, Bolazec (29), on peut toutefois signaler LA CHAUSSÉE (en breton Ar Chaoser) à Plounéour-Ménez (29), au bout d'une digue-route séparant les deux étangs artificiels de l'ancienne abbaye du Relecq.  (La toponymie  celtique de Jean-Marie Plonéis Edition du Felin 1989 page 176)