Un troupeau de vaches s' abreuvant au lac du Huelgoat

Les bouchers abattaient les bêtes dans leurs tueries situées au bord du lac en contre-bas de leurs échoppes de la place.

 Une photo du lac d’Huelgoat vers 1906.(collection personnellle)

Une photo du lac d’Huelgoat vers 1906.

« Le lac » (Al Lenn), cher au coêur des Huelgoatains, constitue, avec la forêt et ses rochers, l’un des éléments essentiels du patrimoine touristique d’Huelgoat. Son histoire est ancienne : à l’origine, c’est une simple retenue d’eau alimentant « le Moulin du Chaos »

A la fin du quinzième siècle-début du seizième, il devient « lac » artificiel pour les besoins des premières mines de plomb argentifère de Locmaria. Mais ce n’est qu’au début du dix-huitième siècle que ces mines reprenent une forte activité, qu’il faut en tirer un meilleur parti, ce qui entraîne la construction du canal supérieur, lieu privilégié pour les promeneurs.

A la fin du dix-neuvième, les activités de la mine s’arrêtent et le lac lui devient inutile. Il est acquis par le Docteur Bastid, d’Huelgoat, qui, au début du vingtième siècle, en vend une petite partie à la commune d’Huelgoat pour permettre la création de la rue du Lac, qui n’existait pas encore, et cette création a nécessité la construction d’un mur de soutènement bordant le plan d’eau.

La partie restante du lac (la quasi-totalité) est acquise par la société privée d’alimentation électrique afin de permettre le fonctionnement de la petite usine hydro-électrique qui existe toujours. Le canal supérieur retrouve et conserve son utilité. Cette société privée, la SHEMA, devient filiale d’EDF au moment de la nationalisation.


 

À Huelgoat, un garçon boulanger était allé baigner un cheval dans l'étang". Refusant de s'enfoncer davantage et se débattant, l'animal jeta son conducteur à l'eau, puis lui lança une ruade qui l'atteignit violemment... Le cheval revint seul sur la rive, mais le corps du garçon ne fut pas retrouvé malgré les recherches immédiates. Deux heures après, on remplit un tamis en crin de son sec ; au milieu, on piqua une chandelle bénite. Le tamis mis à l'eau alla au gré du courant. Mais soudain il s'arrêta et se mit à tourner ; et on retrouva le cadavre du noyé en-dessous...Découvert par Jo guillemin, aux Archives départementales du Finistère, cote 22 - J 8

Huelgoat - Maro dre zarvoud

Dirgwener 10 a viz gouere 1908, Laurenz Nedeleg, mevel en Hotel Franz, a zeuaz da goêl ar marechal Olier evid houarni eul lon kezek. Goude al labour, Fransou Karoff a bignaz var ar jo evid kas anean d'al lenn.Souden, den ha marc'h a zizparisaz en eun toull don . O weled kemend-ma, Charles Guyomar, kartervestr en permision, a lammaz en dour heb diwiska, tapout a reaz Caroff dre e vrec'h, mez goude bea sklejet anean hed eiz goured, e oa red d'ean leuskel krog, gant ar skuizder ha Caroff a veuaz. Ar marc'h a zo 'n em gavet e-hunan ar ribl hag et de varchosi. Div heur goude e oa kavet ar c'horf maro. Ar Bobl, n° 176, 18 juillet 1908

 

 

Une photo du lac d’Huelgoat vers 1906.(collection personnellle)

Une photo du lac d’Huelgoat vers 1906.(collection personnellle)

Un troupeau de vaches s' abreuvant dans le lac du Huelgoat

. Une photo du lac d’Huelgoat vers 1906.(collection personnellle)

Une photo du lac du Huelgoat  prise en 1906 en bas de ma maison natale qui était à cette époque une boucherie..

Les bouchers abattaient les bêtes dans leurs tueries situées au bord du lac en contre-bas de leurs échoppes de la place.

 Le lac » (Al Lenn), cher au coêur des Huelgoatains, constitue, avec la forêt et ses rochers, l’un des éléments essentiels du patrimoine touristique d’Huelgoat. Son histoire est ancienne : à l’origine, c’est une simple retenue d’eau alimentant « le Moulin du Chaos » devenu siège de l’office de tourisme. A la fin du quinzième siècle-début du seizième, il devient « lac » artificiel pour les besoins des premières mines de plomb argentifère de Locmaria. Mais ce n’est qu’au début du dix-huitième siècle que ces mines reprenent une forte activité, qu’il faut en tirer un meilleur parti, ce qui entraîne la construction du canal supérieur, lieu privilégié pour les promeneurs. A la fin du dix-neuvième, les activités de la mine s’arrêtent et le lac lui devient inutile. Il est acquis par le Docteur Bastid, d’Huelgoat, qui, au début du vingtième siècle, en vend une petite partie à la commune d’Huelgoat pour permettre la création de la rue du Lac, qui n’existait pas encore, et cette création a nécessité la construction d’un mur de soutènement bordant le plan d’eau. La partie restante du lac (la quasi-totalité) est acquise par la société privée d’alimentation électrique afin de permettre le fonctionnement de la petite usine hydro-électrique qui existe toujours. Le canal supérieur retrouve et conserve son utilité. Cette société privée, la SHEMA, devient filiale d’EDF au moment de la nationalisation.  

Le Télégramme

Une photo du lac d’Huelgoat vers 1906.(collection personnellle)

Une photo du lac d’Huelgoat vers 1906.(collection personnellle)

Une photo du lac d’Huelgoat vers 1906.(collection personnellle)