la géologie du massif granitique du Huelgoat de monzogranite   

Que la terre de Berrien ne produise plus que du caillou ! Que Dieu même dans sa toute puissance fasse qu'on n'en puisse arracher les pierres

 

Les sites géologiques  en  Bretagne qui auraient vraiment une réelle chance pour une inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO,  c'est bien les sites des chaos granitique  et  les tor du massif granitique du  Huelgoat , ils sont uniques sur notre Terre .

L'expression  "chaos" de pierres n'est pas approprié à ces formations géologiques elles sont très statiques au contraire de la vrai définition du "chaos" le mouvement, le temps, le tohu- bohu. En fait, J' affirme moi qui n' a pas bac+ 10 .Ce nom "chaos" vient de chez nous et non du Grec ,

Il vient du breton,  le nom du pont barrage du lac du Huelgoat et son amoncellement de pierres  " c'haoser"  d' ou  chaos  .Ce nom a été donné  pour la première fois par Alexander von Humboldt à cette formation géologique lors de son passage ici au Huelgoat en 1813 (il est l'un des plus grands scientifiques du XIX siècle. .En France il est occulté car il était gay et prussien,  malgré que ses écrits scientifiques à l' Académie des sciences étaient en français et non en allemand.)

 

Tor (rock formation), relief résiduel en géomorphologie, correspondant à des volumes rocheux d’échelle décamétrique, constitués par un empilement géométrique de blocs aux arêtes émoussées ou de forme ovoïde, en position d'interfluve, par opposition à leurs produits dérivés que sont les coulées ou les chaos de blocs plus bas, généralement le long des talwegs.

Définition du chaos.par Roger Brunet


 les termes en Anglais sont appropriés :  Blockfied   blockfield also spelt block field, felsenmeer, boulder field or stone field is a surface covered by boulder- or block-sized angular rocks usually associated with alpine and subpolar climates and periglaciation. Blockfields differ from screes and talus slope in that blockfields do not apparently originate from mass wastings. They are believed to be formed by frost weathering below the surface. An alternative theory suggests that modern blockfields may have originated from chemical weathering that occurred in the Neogene when the climate was relatively warmer. Following this thought the blockfields would then have been reworked by periglacial action.

 https://en.wikipedia.org/wiki/Blockfield

En allemand "Felsenmeer" (Mer de Rochers) poétique cette comparaison !

 Le nom granite vient de l' italien du nord de la péninsule .Il a une origine celtique  comme aussi gravier, grève en français ,de  l’italien granito (« grenu »), de grano « grain » en latin gravis (lourd ,pesant comme est aussi  le granite ).en breton roc'h kalled  ( rocher dur)  

Ar-roc'h gren la Roche tremblante

Le terme panceltique breton  karreg rocher pierre . (en latin callus) cale calanque caillou en français


 

 

Région de Huelgoat : pluton granitique, auréole de métamorphisme de contact et minéralisations postmagmatiques. (d'après L. Chauris, P. Thonon et J. Rolet)


http://www.alainbrieux.com/essai-geognostique-sur-le-gisement-des-roches-dans-les-deux-hemispheres-ako55504.html


Le granite est une roche formée dans les grandes profondeurs de la Terre d'origine magmatique plutonique,à texture grenue sa composition chimique très acide est en majorité formé de silice et d 'alumine ,Il contient aussi en autre de l' uranium .Nos massifs de granite du Huelgoat ont une forme de bulle (pluton). Le magma formé à 7 ou 8 km de profondeur " injectés" pour des raisons tectoniques dans des formations sédimentaires dévoniennes (- 419,2 ± 2,8 à 358,9 ± 0,4 millions d’années) à 3 ou 4 km de profondeur et, encore chaud, il induit dans ces formations un métamorphisme de contact (schiste à cristaux millimétriques d'andalousite de kerphalite) lors de la formation de la chaîne varisque ou chaîne hercynienne qui se forme du Carbonifère au Permien( 358,9 ± 0,4 à 252,2 ± 0,5 millions d'années.) L' âge des massifs granitiques est compris entre 340 et 330 Ma à Huelgoat et à Rostrenen,

  Le massif  batholite médio-armoricain  de Huelgoat fait part de l' une des trois ceintures granitique du Massif Armoricain   . Lors de la cristallisation, les feldspaths se forment les premiers et s'allongent en s'orientant dans le sens du déplacement du magma en cours de solidification. Dans le cas du granite de Huelgoat, les cristaux de feldspath sont disposés de manière concentrique, ce qui indique une mise en place du massif sans contraintes. Dans le cas du massif voisin de la Feuillée, recoupé par Huelgoat, les micas sont orientés donnant un aspect feuilleté au granite, la mise en place s'est ici faite sous contraintes.

La fin des cristallisations à Huelgoat s'accompagne de migrations d'éléments dans des filons dans le massif lui-même et dans son encaissant : minéralisations post magmatiques (Sulfures d'Ag, Pb, Zn, Cu, Fe et aussi des filons d' Au qui ont été exploités depuis longtemps par les Gaulois). D' où les exploitations minières de plomb-argentifére et des sels d' argent autour de ce massif granitique. Et aussi pourquoi aux pourtours du massif de granite du Huelgoat, qu' on trouve une formation de coulées volcaniques de laves acides à kerliou-vras et aussi des brèches volcaniques sous-marines qu'on trouve dans la carrière de Kerroch

Si nos rochers sont si énormes et en boules , c'est du la particularité minérale de notre très rare monzogranite porphyroïde à cordiérite  verdâtre et ses grands cristaux en forme de dents de cheval qui lui donne cette forme en boule . L'érosion à partir du Mésozoïque ( − 252,2millions d'années) dégage les terrains de la Pangée qui recouvraient les massifs granitiques qui s'ont solidifiés à 4 km de profondeur. Elle dénude ainsi le granite qui "se rapproche de la surface". La décompression qui en résulte provoque une détente puis une dilatation des massifs qui se fracturent. Les fentes (diaclases) permettent la circulation de l'eau d'où hydrolyse et arénisation . Cette altération date du tertiaire (-2.6 millions d'années) (Miocène, Pliocène) sous un climat tropical humide. Il y a peu d'altération actuelle.


Une magnifique auréole de métamorphisme de contact (provoquée par l’intrusion du magma granitique dans des formations sédimentaires).Elle est située sur la route du Gouffre.

C'est au Quaternaire (Pléistocèneque) qui fut une longue période glacière dans l'hémisphère nord ,l'arène formée au Tertiaire fut emportée en coulées de boues par l'eau de ruissellement et des rivières lors du dégel au printemps de cet hiver glacière (coulées de solifluxions ) laissant en place des blocs de Granite porphyroïde à cordiérite arrondis d'où les chaos granitiques du Huelgoat de rivières, de flancs de coteaux et de hauteurs . Notre chaos granitique de monzogranite à porphyroïde à cordiérite est une création dans le temps géologique pas plus vieux que nous la lignée des hommes !.


Les autres formations dévoniennes sont constituées principalement par des schistes fins, argileux, qui admettent localement des lentilles de calcaire (ancienne exploitation à 2 kmà l'E.S.E. de Scrignac).

Le Carbonifère inférieur ou Dinantien s'étend largement juste au-delà de la limite méridionale de Lopérec, dans le bassin de Châteaulin. Il débute par un puissant conglomérat à galets bien roulés de quartzites gédinniens, de microgranites et de quartz. Ces dépôts détritiques grossiers témoignent de l'érosion de reliefs édifiés par les mouvements orogéniques connus sous le nom de « phase bretonne ». Cette phase a été également marquée par des émissions volcaniques dont les dépôts sont encore bien reconnaissables entre Brasparts et Huelgoat. Les  anciennes grandes carrières ouvertes à Kerroc'h, à l'ouest de la route Huelgoat-Plouyé, permettent d'observer, d'une part, le conglomérat dont les galets bien arrondis atteignent parfois plusieurs dizaines de centimètres de diamètre ; d'autre part, de magnifiques brèches volcaniques, à éléments de kératophyre dans un ciment de spilite (F. Conquéré). Au Bois de la Roche, à proximité immédiate de Lannédern, une petite carrière montre des jaspes ferrugineux, rougeâtres. Les schistes dinantiens (« schistes de Châteaulin ») qui affleurent largement au sud du complexe volcanique, alternent avec des niveaux de grès feldspathiques ou de psammites, et renferment quelques lentilles calcaires (Coat-Conval au S.W. de Poullaouen . Louis CHAURIS

  LES  GRANITES HERCYNIENS

Les plissements hercyniens se sont fait sentir après le dépôt du Dinantien. Les terrains, redressés, ont été ensuite envahis par d'importants massifs granitiques : au Nord, le granite de Commana-Plouaret ; au Sud, le granite du Huelgoat. L'étude des cartes gravimétriques a permis de suggérer que ces deux massifs ne constituent qu'un seul ensemble, réuni en profondeur, sous la crête de l'Arrée. Des mouvements tectoniques ont encore eu lieu après la mise en place de ces massifs, comme en témoigne l'intense écrasement du granité de Commana-Plouaret, transformé, aux environs de Lannéanou, en une roche à structure fluidale (mylonite).Louis CHAURIS

 

 

La carte des nombreuses failles et de cisaillements dans le granite huelgoat autour du bourg. Elle explique pourquoi nos murs de nos maisons sont fissurés,c'est  lors des tremblements de terre qui secouent souvent le massif armoricains.

Bizarre? L'église Saint Yves sur la place est à la jonction de deux failles géologiques? .D'autres failles géologiques dessinent exactement le plan de la délimitation du  Camp d' Artus construit par les  gaulois?  le menhir du  Cloitre est sur une ligne de failles?   

 

https://geosciences.univ-rennes1.fr/IMG/pdf/Georget.pdf

http://geolfrance.brgm.fr/sites/default/files/upload/documents/revues_articles_gf2-3-1990.pdf

http://infoterre.brgm.fr/rapports/83-SGN-827-GEO.pdf


Les granites au cours du cycle de Wilson

Le cycle de Wilson (ou cycle des super-continents) permet de rendre compte de la plupart des phénomènes tectoniques qui se déroulent dans la lithosphère. On considère une évolution depuis un continent stable, continent qui se fissure pour donner naissance à un rift, puis un océan. Cet océan entre en subduction dans une marge active, puis, si le bassin océanique disparaît totalement, on a une collision continent-continent. La chaîne de collision, à son tour, va être aplanie, donnant naissance à un nouveau continent À toutes les étapes du cycle, on forme des granites ; des magmas se forment .

Les zones de collision sont des zones de fortes perturbations thermiques de la lithosphère. On y trouve d'abondants magmas, générés pour l'essentiel dans la croûte continentale. Celle-ci est dominée par des granitoïdes, avec une composante sédimentaire mineure mais d'autant plus significative qu'elle peut fondre à basse température et donner facilement naissance à des liquides granitiques (contrairement aux anciens granites, moins fusibles).Les granites à cordiérite (CPG, Cordierite Peraluminous Granites) sont plus riches en ferro- magnésiens, et peuvent facilement être des granodiorites. Ils forment de plus grands massifs (plusieurs dizaines de kilomètres) et se sont formés par fusion à plus haute température, par déstabilisation de la biotite.



  Le massif granitique du  Huelgoat  le château d' eau de la Cornouaille bretonne


http://infoterre.brgm.fr/rapports/83-SGN-827-GEO.pdf

https://fr.wikipedia.org/wiki/Laumontite

http://www.gemmology.ch/laumontite.html


HUMBOLDT (Alexander von)

Essai géognostique sur le gisement des roches dans les deux hémisphères.

Paris, F.G. Levrault, 1823, in-8, 8 p. de catalogue éditeur, VIII-379 p., broché, couverture imprimée de l'éditeur.

PREMIÈRE ÉDITION publiée simultanément en français et en allemand (Geognostischer Versuch über die Lagerung der Gebirgsarten in beiden Erdhälften, Strasbourg, Levrault) du principal ouvrage géologique d'Alexander von Humboldt (1769-1859). Exemplaire enrichi, en couverture, d'un ENVOI DE L'AUTEUR, non signé. La comparaison graphologique ne laisse aucun doute sur sa paternité : "à Monsieur Juncker à Poullaouen, de la part de l'auteur". Chrétien-Auguste Juncker (1791-1865), savant et ingénieur en chef des Mines, fut directeur des mines de Poullaouen et Huelgoat, dans le Finistère, entre 1816-1841 ; Humboldt, qui y avait été accueilli en 1813, remarqua la grande ressemblance entre les "terres rouges" de ces mines et le minerai argentifère de Potosi au Pérou. Ce type de découverte sert le propos de son Essai géognostique, dans lequel il exprime sa pensée géologique et tente, pour la première fois, de comparer les roches de l'Ancien et du Nouveau Mondes. Si la doctrine "neptunienne" de son maître Werner s'aperçoit en filigrane, Humboldt a néanmoins pris ses distances. Il affirme la théorie magmatique du volcanisme et fait apparaitre deux concepts fondamentaux de la géologie dynamique : celui de roches endogènes (éruptives) et celui de roches exogènes (sédimentaires). Il démontre ainsi les relations entre le volcanisme et les structures terrestres. Première de couverture recollé. Manque angulaire en quatrième de couverture, déchirure sans manque à un feuillet. DSB VI-554; Ward & Carozzi, n°1136; Poggendorff I, 1158.


Non au projet de création de stockage de déchets radioactifs.