La grotte du diable

En fait le diable est le Démon .La christianisation chrétienne du dragon de la légende locale de sainte Victoire.

 

Sablière de notre église saint Yves sur la Place du Hüelgoat , en haut de la porte dans la tradition, dite de l' entrée des hommes, coté  bois et ses grottes ( les fers à cheval  et une tête de diable sont que la représentation du Demon" qu' on appelle ici dans les Monts d'Arrée  des Teuss " au XVI siècle du mythe du cheval androcèphale  psychopompe des statères des Osismes du Hüelgoat.

 

 

Dans le CODEX BEZAE, écrit  en latin  et en grec d'un manuscrit  dont  l'origine est la Gaule du  Vème ou VIème siècle. ;  il y a  cette  phrase :le tombeau du Christ est gardé par un daemon de gardien, SERPENT ROUGE KOPTE :traduit du grec  l' AERED KOPTE (ou copte) traduit du latin  prouve bien que AERED est le nom gallo-romain  du serpent.

AN AEZ-ROUANT    (Le nom en vieux breton du DEMON indo- européen  des profondeurs des eaux  aux oreilles et aux cornes de taureaux  et ayant un corps de serpent ..Le fait est que les  torrents et fleuves étaient sacrés aux yeux des indo- européens, leur tumulte étant souvent évoqué par l'image  du taureau  avec sa force brute et ses furieux  horribles, affreux meuglements .

Le Serpent  Huant. Arc'houere en breton moderne : il est  le Démon  et non le Diable du Moyen- Chrètien, dénigré en Diable par les missionnaires après le Concile de  Trente et les agnostiques , mais la grande divinité vénéré des cours d'eau des païens. Il est  un Demi-Dieu mortel  né de l' union d'un Dieu et d'une mortelle une nymphe  , l' intercesseur et l' interlocuteur des divinités avec les mortels.  En Gaule, déjà au V ième  avant JC était il , Achéloos. et Dusios? sous l'empire romain  

 

Un site aménagé légendaire dédié au diable inventé par le Syndicat d'initiative vers 1923   pour les touristes lors de la création du chemin pittoresque et l'aménagement de cette grotte dans le chaos du Saouelec  financé par  financé par l'Etat et le département .

La vrai  grotte du Diable dans les légendes avant la venue des touristes est celle et son lac souterrain des profondeurs du Gouffre dit du Diable  du Kastell-Gwibel ar Rampez)  

La Grotte du Diable réserve aux promeneurs d'autres frayeurs. Cachée sous le chaos, on y descend par une mince échelle. La mousse verte et glissante rend le périple d'autant plus délicat. L'eau souterraine jaillit d 'une bouche béante. Les habitués des lieux racontent qu'un paysan pourchassé par les Chouans s'y serait réfugié. Affublé de deux plumes rouges et armé d 'une fourche, il aurait fait fuir ses poursuivants persuadés d 'avoir rencontré l'ombre du diable avec ses cornes. (source  du bureau de l'office du tourisme).

Dans les années  d'après guerre  les guides du Huelgoat ne  fréquentaient que les sites de la roche et du ménage. Vers les 1980 certains jeunes du fait que les meilleurs places de guides du site du chaos étaient  prises ont crée cette légende pour les touristes qui descendaient dans la grotte pour la pièce de monnaie .

Lorsque le Père Maunoir commença au XVIIe siècle ses missions dans la Cornouaille des Monts d'Arrée, on le rencontrait alors, à chaque pas, animant une ténébreuse bande, la Cabale, Cette « Citadelle d'Enfer » n'était que possession, envoûtements, Messes noires, sabbats nocturnes, pactes diaboliques. Malgré ses prédications et ses exorcismes, le Père Maunoir laissait, à ses successeurs, un fief où le satanisme était toujours vivant.

 

Ce Trou du Diable à Huelgoat, serait l'entrée de la route qui mène à l'Enfer. Ce chemin est large et facile à la marche. Quatre-vingt-dix-neuf auberges sont des arrêts qui doivent durer chacun cent ans. Des « choses douces » et « des choses fortes » sont servies par des servantes de plus en plus belles et accortes à mesure que l'on approche de l'Enfer. Si le voyageur modère son boire et arrive à la dernière auberge sans être ivre, il peut revenir sur ses pas. L'Enfer alors n'a plus de droits sur lui. Mais au cas où il serait trop « chaud de boire », les diables lui font avaler une affreuse mixture de sang de crapaud et de couleuvre. Désormais le diable est son maître.

BERNARD DE PARADES

Erreur ce n'est pas la grotte du Diable mais le Gouffre du Diable


TROUS  DU DIABLE

LE Trou du Diable qui s'ouvre dans le torrent du Huelgoat, à l'entrée du chaos, est l'une des marques de Satan en son domaine de l'Arré. Lorsque le Vénérable Michel le Nobletz commença au début du xvrr siècle ses missions dans la Cornouaille des Monts, on le rencontrait alors à chaque pas animant une ténébreuse bande, la Cabale. Cette « Citadelle d'Enfer » n'était que possessions, envoûtements, messes noires, sabats nocturnes, pactes diabo­liques. Malgré ses prédications et ses exorcismes, Michel le Nobletz laissait à son successeur, le Père Maunoir, un fief où le satanisme était toujours vivant.

Combien d'histoires ont raconté sa présence aux festou-noz de villages : Un beau Monsieur vient se mêler à la danse. Bientôt on s'aperçoit qu'il a des pieds de bouc ou des pieds de cheval. Il ne partira qu'à la venue du recteur et de son eau bénite. '

Et les pieuses complaintes des missionnaires de rappeler : « Vous dansez, jeunes gens,,oui, vous dansez en ce monde !... Dans l'autre monde, vous danserez aussi, mais pas comme vous le faites maintenant. Dans l'enfer, une salle est préparée, une belle salle, pour les danseurs. Elle est hérissée de pointes de fer, de bas en haut, tout du long. »

Le Trou du Diable à Huelgoat serait l'entrée de cette route qui mène à l'Enfer. Ce chemin large et facile à la marche. Quatre-vingt-dix-neuf auberges sont des arrêts qui doivent durer chacun cent ans. Des « choses douces » et « des choses fortes » sont servies par des servantes de plus en plus belles et accortes à mesure que l'on approche de l'Enfer. Si le voyageur peut modérer son boire et arriver à la dernière auberge sans être ivre, il peut revenir sur ses pas. L'Enfer alors n'a plus de droits sur lui. Mais, au cas où il serait trop « chaud de boire », les diables lui font avaler une affreuse mixture de sang de crapaud et de couleuvre. Désormais le diable est son maître.

Vigilant gardien des solitudes des Monts d'Arré, Saint Michel, de sa chapelle du mont, regarde aujourd'hui les eaux calmes du lac de Nestavel. Mais il n'y a pas longtemps encore le Yenn Elez n'était en ces lieux sinistres que tourbières mouvantes où plus d'une fois d'imprudents voyageurs s'enlisèrent et disparurent à tout jamais.

Caché par quelques herbes trompeuses au milieu du marais, s'ouvrait un trou dont jamais âme vivante n'avait pu mesurer la profondeur, autre porte de l'Enfer où l'on précipitait les âmes damnées qui revenaient sur terre tourmenter les vivants. D'un coup adroit de leur étole bénite, certains prêtres avaient le pouvoir de dompter ces fantômes de malheur. Us les enfer­maient aussitôt dans le corps d'affreux chiens noirs. Un homme était chargé, de presbytère en presbytère, de conduire dans les marais les bêtes enchaînées, et avec l'aide du Recteur de Saint-Rivoal, de les précipiter dans le Yeun au milieu des cris et des hurlements de damnés.

A Botmeur, de furieux 'abois troublent encore parfois la nuit : c'est la meute des conjurés qui se révolte dans le marais. Alors au-dessus du Ménez-Mikel une soudaine clarté illumine les monts. L'archange Saint Michel dirige son glaive flamboyant vers le Yeun sinistre. Tout rentre aussitôt dans l'ordre et le silence du lac et des tourbières glacées n'est plus troublé que par les gémissements de quelques bêtes appeurées.

Sant Mikael vras a oar an tu D'ampech youc' hal ar blelzi du.

« Le Grand Saint Michel sait la manière d'empêcher les loups noirs de hurler. »

BERNARD DE PARADES


 

KISS THE DEVIL

 

Who'll love the Devil ? Who'll song his song ? Who will love the Devil and his song ?

I'll love the Devil  I'll sing his song I will love the Devil and his song

Who'll love the Devil ? Who'll kiss his tongue ? Who will kiss the Devil on his tongue ?

I'll love the Devil I'll kiss his tongue I will kiss the Devil on his tongue

Who'll love the Devil ? Who'll sing his song ? I will love the Devil and his song

Who'll love the Devil? Who'll kiss his tongue ? I will kiss the Devil on his tongue

Who'll love the Devil ? Who'll sing his song ? I will live the Devil and sing his song

 

EMBRASSEZ LE DEMON

Qui aimera le démon ? Qui chantera sa chanson ? Qui aimera le démon et sa chanson ?

J'aimerai le démon Je chanterai sa chanson J'aimerai le démon et sa chanson 

Qui aimera le démon ? Qui embrassera sa langue ? Qui embrassera le démon sur sa langue ? 

J'aimerai le démon J'embrasserai sa langue J'embrasserai le démon sur sa langue 

Qui aimera le démon ?Qui chantera sa chanson ? J'aimerai le démon et sa chanson 

Qui aimera le démon ? Qui embrassera sa langue ?J'embrasserai le démon sur sa langue 

Qui aimera le démon ? Qui chantera sa chanson ? J’aimerai le démon et chanterai sa chanson