la chapelle des Cieux Chapel an neñviou

Autrefois, on voyait dans cette chapelle, en la vitre au-dessus de l’autel Saint-Jean, côté de l’Évangile, dans le premier soufflet, les armes de France et de Bretagne, au second et troisième, les armes de La Salle, et au bas deux priants, l’un portant figure d’homme d’armes protégé par un saint Maurice, l’autre priant en figure de damoiselle protégée par un saint François cordelier portant les armes de la maison de La Salle En la vitre du côté de l’Épître,  le seigneur de Gasvennou a un écusson d’argent au léopard de sable et de gueules : plus bas, sont deux personnages, homme et femme ; l’homme armé d’une cuirasse, portant en sa casaque deux figures du dit lion de sable et de gueules, la femme, aroyée sur son habit deux barres d’argent, armes de ses prédécesseurs, seigneurs de Coatquena et du Faou. Le Guennec note dans le réseau de la maîtresse vitre neufs écussons qui étaient illisibles à l'époque car cachés par le retable. Il proposait les armoiries des QuélenVieux Chastel, QuélenQuintin, Quélen Rostrenen, Quélen  Coatmen, QuèlenQuélennec, Quélen Perrier, quélen du Chastel,  

 http://jeanpierrelebihan.over-blog.com/article-15427452.html

l

Le choeur de la chapelle est  orienté au nord- est  sur le  baptistère païen  qu' est le Gouffre. Il  y avait un autre calvaire que celui  actuel datant de 1864 en Kersanton  qui fut déplacé  lors de  la construction de la rue Laënnec en 1914.

1922

1922

 

  La honte de ma commune  et son secrétaire de mairie  qui ont faire couper le rideau de chênes sanctuarisés  de l'enclos de la chapelle Notre Dame des Cieux !