L' auberge de la  Truite de la Demoiselle Lucie Le Guillou de la gare de Locmaria-Berrien.

Aujourd'hui des ruines .

Auberge de la Truite de la Demoiselle Lucie Le Guillou une cousine de mon Grand père maternel .café-restaurant ouvrier familial près de la scierie á la gare de Locmaria-Berrien, va l´agrandir et en faire un relais gastronomique.Sous l´occupation son auberge sera un lieu de réunion pour les résistants qui normalement évitaient ces lieux publics dans lesquels on était vite repéré.L´Auberge sera étoilé à partir de 1971, mais elle avait déjà accueilli auparavant les présidents Pétain, De Gaulle en 1953, Coty et Pompidou quand celui-ci était premier ministre , et aussi beaucoup de beau monde. Le Guide Michelin après en avoir vanté les magnifiques meubles bretons, recommandaient la Truite de l´Auberge, le Homard au Porto et la Caille sur canapé.

J´avoue avoir eu dans les années 90 un sentiment de grande tristesse quand, revenant du Huelgoat, je suis passé á coté de l´Auberge : vitres brisées, façade d´une couleur incertaine avec les lettres « auberge de la truite » presque effacées, volets arrachés par les intempéries. Quelle pitié ! Je me suis alors remémoré ce dimanche après midi en 1974 près de Redon quand j´avais fait connaissance de Lucie le Guillou. Dans de grands éclats de rire elle nous avait énuméré les bévues qu´elle avait fait en allant saluer ses clients à la fin du repas. Comme ce vénérable monsieur à qui elle avait demandé des nouvelles de ses enfants en louant la chance qu´ils avaient d´avoir un tel papa. Et le monsieur de confier à Mlle Guillou qu´il était …évêque de St Brieuc !

Aujourd´hui l´Auberge est devenue une maison particulière qui arbore de nouveau le panneau Auberge de la Truite en souvenir des années passées. Et l´ancien fidèle maître d´hôtel a créé une page Facebook « les amis de l´Auberge de la truite ». Lucie peut dormir en paix. Un invité surprise

. Le général De Gaulle et sa femme connaissaient bien Le Huelgoat Ses relations familiales l'amenèrent en effet à différentes reprises à venir à l'auberge de la truite que tenait la demoiselle Lucie Le Guillou, à Locmaria-Berrien. Il n'était pas encore président. La restauratrice reçut un courrier un jour de 1953 : «On me demandait de réserver une salle spéciale pour un convive bien particulier. On me précisait qu'il ne fallait en parler à personne car l'illustre invité désirait déjeuner incognito». Très intimidée «Le jour venu, j'étais en cuisine, a raconté la restauratrice. La serveuse ayant pris la commande en salle me glissa à l'oreille que c'était le général en personne qui était là. "Je vous assure que c'est lui, m'assura Irène. C'est sûr, c'est lui, c'est le général", insista-t-elle. J'ai dû aller constater par moi-même que ses propos étaient vrais. Le général en personne était là, devant moi. Intimidée, ce qui étonnera ceux qui me connaissent. Je me réfugiais devant mes fourneaux. A la fin du déjeuner, le futur président quitta la salle comme un simple client». «Je n'avais même pas pensé lui faire signer le livre d'or de la maison sur lequel figuraient déjà les signatures du président Coty, du Maréchal Pétain, de Picasso, d'Edith Piaf, etc...». Par la suite, Pompidou, Gaston Deferre, Michèle Morgan, etc, ont mis quelques mots gentils sur ce livre. Lucie Le Guillou a longtemps regretté l'absence de Giscard d'Estaing. Elle a souhaité par la suite le passage de François Mitterrand, mais le président socialiste n'est jamais passé par l'Auberge de la truite. © Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20051108&article=10993919&type=ar#QKkB7aQi64dvcPUr.99

https://restaurantsbretonsetoilesmichelin.wordpress.com/…/…/
https://www.facebook.com/Les-Amis-de-Lauberge-de-la-Truite…/

 

collection personelle

 

collection personelle

collection personnellle