LE CHATEAU DE LA HAIE (an nec'h= la colline)

Ce manoir est situé sur les hauteurs du Huelgoat  et  sur la commune de Locmaria-Berrien.Il domine la voie romaine Carhaix-L'Aberwrach (l'axe Lorient-Roscoff ).Il est proche du village de Camblan. Or la dernière bataille du Roi Arthur  des Romans de la Table-Ronde  est celle de Camlan .

Est ce ici  le Camlan légendaire? .Or le village, tout proche de Kamblan qui est sur la commune de Plouyé ,Kerguevarec a comme déterminant un nom venant du vieux breton Cavaroc , un composé de cat (=combat) et d' une variante muté de marcoc (=chevalier) soi le village du combat du chevalier .Ce qui confirme  que la bataille de  Camlan  du dernier combat de  Artur , Roi chevalier de la Table Ronde,  de  Camlan se situe  bien ici autour du village de Camblan en Locmaria-Berrien est non chez les Anglais.

Le village de Camblan est en hauteur ,à l'amorce d'une grande courbe sur la voie gallo-romaine ,il pourrait s'agir d'une variante de kamm+(b)laean =forme archaïque de lein.;bleien=forme archaïque de lein "sommet"..les autres kamblan  vient de kamm+(g)lann /ruisseau sinueux.

Blein . Nom celtique désignant les hauteurs .Après affaiblissement du b en v, puis amuïssement, le vieux breton blein (cf. le gallois blaeri) est devenu lein « sommet » en breton moderne. Ce b initial est conservé dans quelques noms de lieux comme blain (Blaen au XI siècle, 44) ; blain-balan/ec « le haut de la genêtaie » (Plouézoc'h, 29) ; blen/gueor « le sommet à la chèvre-chevreuil  » (Bleyn-quesfre au XVIIe siècle, sur les hauteur de  Saint- herbot  en  Plonévez-du-Faou, 29) ; Les variantes modernes sont plus fréquentes : lein/tan (tann « chênes ») à Brennilis et à Scrignac ; lin/quelvez (kelvez « coudrier ») à Garlan (29), etc

. Plus difficiles à détecter sont certains la haie, la haye qui n'ont rien à voir avec la végétation ou la forêt mais sont de fausses adaptations de an nec'h, la hauteur. Il donne de ces erreurs un exemple qui mériterait de devenir classique :  A Locmaria-Berrien, le toponyme  Pùns-Lanboal qui signifie le puits de Saint Paul mais représente  le puit Humboldt des mines locales portant le nom  de notre grand savant européen   Alexander von Humboldt  sûrement en remerciement de sa découverte du traitement pour récupérer l'argent des terres rouges  par amalgame avec du mercure lors de son passage en 1813.

ref  .(La toponymie  celtique de Jean-Marie Plonéis) Edition du felin 1989)

Sur cette carte de la Bretagne du XVI siécles il est indiqué " RERCHAIS " entre Carhaix( Carhez ) et La Feuillée ( La Fueillée ), commanderie  de l' Ordre de Saint Jean  de Malte) .C'est  bien la ville du Huelgoat qui était à cette époque  une juridiction et une  sénéchaussée ducale ) .Pour moi ,c'est en fait le cartographe  nomme soi le domaine du  manoir de la Haie  Rec'h an nec'h  ( la roche de la colline) . Sur les anciens cadastres domaniale de la forêt  de Huelgoat pour  les bois de la mine ou  du manoir de La Haie (an nec'h) et du gouffre il est mentionné   Rocharey aux mines  en 1941.C'est à dire " Roc'h an nec'h"  =la roche du haut de la colline ( l'ancienne voie royale qui suivait la ligne de crête au niveau du Huelgoat en 1790 se faufilait  au niveau de Coat Mocun entre un immense  chaos de rochers  granitiques, aujourd'hui disparu , débité  depuis en pierres de taille)  ou bien Rec'hier ( les rochers).